mardi 21 mai 2019, Visiteurs : 560496
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

EXEMPLE DE LUTTE SOCIALE Grève à l’usine ‘’Tayal’’ de textile

Version imprimable de cet article Version imprimable
mercredi, 1er mai 2019 10:08

Les travailleurs de l’usine de textile algéro-turc "TAYAL", joyau de l’industrie textile moderne en Algérie située dans le parc industriel de Sidi Khettab au nord de la wilaya ont mené leur première grève en fin de semaine dernière devant l’entrée principale du complexe pour contester les conditions pénibles de travail et les salaires mensuels jugés insuffisants qui ne dépassent pas le SMIG pour la plupart d’entre-deux. "Nous sommes payés 600 DA le jour soit 18.000 DA par mois et en cas d’absence, on nous prélève 1.000 DA pour chaque jour absenté", disent les grévistes. Une dame tempêtera : Je me lève à 5h30 du matin et je viens d’Oued R’hiou sans voir mes deux enfants et mon mari et je rentre tard dans l’après-midi et le salaire que je reçois est dérisoire et que je dépense pour le loyer et les couches pour mes petits". Un autre travailleur crie haut et fort : " je suis en Algérie, je suis un algérien et je conteste que des Turcs, des Pakistanais et des Indiens soient mieux payés que nous, il faut qu’on soit traité sur le même pied d’égalité". Une autre femme gréviste apportera son seau de déclaration en disant que ceux qui parlent à la presse sont menacés de licenciement. D’autres parlent de hogra, de distinction et de mauvaise gestion d’autant que des promesses leurs ont été données lors de la signature des contrats pour la hausse progressive des salaires mais rien n’a été entrepris par les responsables de l’usine. Contacté sur ce sujet pour connaître les raisons de cette grève, M.Fikret l’un des responsables de cette entité économique a refusé de nous recevoir nous demandant une autorisation du ministère de l’Industrie ou de la wilaya. Pour rappel, le directeur de l’Emploi avait annoncé lors de la présentation du bilan 2018 de son institution que ses services enregistrent quelques 1.000 travailleurs algériens dans l’usine et que le recrutement reste en deçà des objectifs.
M.Mustapha

Quotidien Réflexion Vendredi 1 Mars 2019


Visiteurs : 45 / 560496

--- Répondre à cet article ---


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicités pour connaitre d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971
A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicité pour connaître d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971 » ( suite à nos deux dernières déclarations parues sur le journal (...)
بيان مبادرة 24 فيفري
يمكن تفسير المظاهرات الشعبية ليوم 22 فيفري 2019 على كافة التراب الوطني ضد العهدة الخامسة لبوتفليقة لأول وهلة على انها رفض للسياسة الاجتماعية والاقتصادية المطبقة خلال السنوات العشرين الأخيرة (...)
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER Les manifestations populaires du 22 février 2019 à travers le pays contre le cinquième mandat de Bouteflika s’interprètent à (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Luttes et revendications syndicales
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

7 visiteurs en ce moment