mercredi 19 septembre 2018, Visiteurs : 479872
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

La "Nakba par Thaer Sharkawi

Version imprimable de cet article Version imprimable
mercredi, 16 mai 2018 14:25


Le 15 mai 1948 représente la "Nakba" (catastrophe) pour les palestiniens et les arabes (ceci devrait l’être également pour les progressistes, les anticoloniaux et les communistes).
Pourquoi ?
Parce que entre 800 000 et 850 000 palestiniens ont été expulsés de leur terre, leur patrie, leurs maisons... vers le Liban, la Syrie, et le reste de la Palestine qui a été occupé plus tard en juin 1967. C’est une expulsion préméditée, préparée, planifiée et exécutée par la force, avec destruction totale de 531 villages (documents à l’appui) selon des historiens juifs israeliens (appelés les nouveaux historiens) qui ont consulté les archives déclassées depuis 1988. Les historiens arabes l’ont écrit depuis 1949, mais ils n’appartiennent pas à l’école académique européenne...
La colonisation a commencé à la fin du 19ème siècle, avec le soutien du capital financier (comme la banque Rotschild) qui a financé des colonie taxées de "laïques" et avec la participation à la colonisation d’organisations classées comme "progressistes".depuis 1912...
La spécificité de cette colonisation c’est de prétendre que cette terre appartient à des citoyens européens, soit parce que Dieu l’a promise, soit parce qu’il y a eu des massacres (en Europe et pas ailleurs). Dans les deux cas, le projet est le même : expulser les autochtones et faire venir des colons. C’est une colonisation de peuplement qui vise à vider la terre pour laisser la place à des colons européens...
L’URSS a changé de position trois mois avant la création de l’Etat d’Israel et voté pour sa reconnaissance par l’ONU (organisme qui reflète le rapport de force de l’après 2ème guerre mondiale).
Peut-on prétendre être communiste ou même anticolonialiste ou progressiste aujourd’hui et nier le droit au retour du peuple palestinien sur ses terres ?
La question du droit au retour (des réfugiés et leurs descendants) est la question principale, indépendamment de la couleur politique du gouvernement israélien.
Thaer Sharkawi n’a jamais vu l’endroit qu’il considère comme sa maison. A 31 ans et comme tant de jeunes Palestiniens, il entretient pourtant le rêve, apparemment irréalisable, d’y "revenir" un jour.
Chez lui, dit-il, c’est à Kafr Ana, aujourd’hui en Israël, à une cinquantaine de kilomètres du camp de réfugiés d’Al-Amari en Cisjordanie occupée, où il est né et a grandi.
Kafr Ana n’existe plus depuis des décennies. Peuplée, selon les estimations, de près de 3.000 Arabes et plus de 200 juifs, la localité s’est vidée de sa population devant l’offensive de l’organisation paramilitaire juive Haganah dans les semaines précédant la création d’Israël et la guerre israélo-arabe de 1948.
La proclamation d’indépendance d’Israël le 14 mai 1948 est synonyme d’exode et de "catastrophe" ("Nakba" en arabe) pour les Palestiniens, qui sont des centaines de milliers à avoir été chassés ou avoir fui leur village.
Tandis que les Israéliens célébreront lundi l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem, geste majeur de l’administration de Donald Trump en faveur d’Israël, les Palestiniens commémoreront le lendemain la "Nakba", comme chaque année. Les deux évènements annoncent une mobilisation palestinienne à hauts risques.
Thaer Sharkawi fait partie des quelque cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés et répartis entre le Liban, la Jordanie, la Syrie, la Cisjordanie occupée et la bande de Gaza.
La majorité d’entre eux sont les descendants de ceux qui sont partis en 1948, dont les grands-parents de Thaer Sharkawi, et n’ont jamais vu leurs maisons familiales, dont beaucoup ont été détruites.
Pourtant, Thaer Sharkawi s’anime quand il évoque les orangeraies dont s’occupait son aïeul. Il sait aussi qu’il y avait une école de garçons et une de filles.
"Je n’y suis jamais allé mais j’en ai entendu parler", dit-il. "Je me suis renseigné, je suis allé sur internet".
Nabil, le père de Thaer Sharkami, assis aux côtés de son fils et de sa propre mère, Khadija, 85 ans, dit ne pas s’inquiéter pour la préservation du passé au sein de la nouvelle génération.
"On a des possibilités (technologiques) maintenant. Il y a cheikh Google. Ils y vont et ils voient : +C’est ici que se trouvait Kafr Ana+. Google les aide à voir la terre qui est la leur", dit-il.
Le "droit au retour", la revendication des Palestiniens à revenir sur les terres aujourd’hui israéliennes, demeure l’une des questions les plus épineuses en vue d’un règlement - qui paraît de plus en plus distant - du conflit israélo-palestinien.
Israël rejette catégoriquement un tel droit, faisant valoir qu’autoriser même une fraction d’entre eux à revenir reviendrait à proclamer sa propre fin en tant qu’État juif. Pour les Palestiniens, y renoncer semble inacceptable.
Les réfugiés ont transmis le lien de génération en génération. Ils se contentent rarement d’invoquer la nostalgie de la Palestine, mais se réfèrent au village ou à la ville, voire à la rue familiale.
Ils véhiculent volontiers les stéréotypes sur le lieu des origines familiales. Ceux de Majdal sont des hommes d’affaires roués, ceux de Lod un peu pingres tandis que ceux de Jaffa ont la fibre artistique.
Le souvenir est aussi entretenu par les Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens qui, eux, sont restés sur leurs terres après 1948 et qui ont aujourd’hui la nationalité israélienne.
Dans un champ proche de Haïfa (nord d’Israël), Bakar Fahmawi pointe la caméra de son portable sur un bâtiment ottoman abandonné.
Depuis cinq ans, toutes les semaines, il filme un village ou une zone abandonnée et poste la vidéo sur Facebook pour la partager avec les Palestiniens à travers le monde.
"Ceux qui sont partis ont entendu parler de leur pays, mais ils ne l’ont jamais vu", dit-il à l’AFP par téléphone. "Je le fais pour qu’ils n’oublient pas leur pays et pour qu’ils sachent qu’ils ont un pays, le plus beau du monde".
Dans la bande de Gaza, hermétiquement close par les blocus israélien et égyptien, internet est quasiment le seul lien avec l’extérieur.
Gaza est depuis le 30 mars le théâtre d’une mobilisation massive au nom du "droit au retour", au cours de laquelle plus de 50 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne. Cette dernière dit défendre les soldats et le territoire israéliens.
La protestation devrait dangereusement culminer autour des 14 et 15 mai.
Shayma Abeed, 16 ans, n’a rien connu d’autre que Gaza. Mais elle conserve la clé de la maison de son grand-père à Al-Jiyya, à 19 kilomètres au nord de Gaza, vidée en 1948.
"(Papi) aimait nous parler d’Al-Jiyya, de ses amis, du travail à la ferme et de notre maison, chaude en hiver, fraîche en été", dit-elle. "Nous rentrerons chez lui un jour", promet-elle.
(Transmis par T. Elmouez.)


Visiteurs : 54 / 479872

--- Répondre à cet article ---


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achat : Nos luttes futures !
Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achatnos luttes futures ! La loi sur la retraite anticipée a été abrogée comme il fallait s’y attendre. Maintenant que la fièvre est (...)
La situation en Algérie est-elle préoccupante ?
La situation en Algérie est-elle préoccupante ? On sent, par certaines campagnes médiatiques contre notre pays, que quelque chose se trame. Le traitement des réfugiés (...)
Un prix Nobel de médecine accuse : « guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »
« Le prix Nobel britannique de médecine, Richard J. Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé des (...)
L’adhésion de l’Algérie à l’OMC : descente dans l’enfer du droit et de la concurrence ou catapulte vers la jungle du commerce mondial, Cherif Aissat*
L’Organisation[i] mondiale du commerce (OMC) est née le 15 avril 1994 à Marrakech (Maroc) par l’Accord ou Déclaration éponyme. Elle est entrée en exercice en 1996. Elle est le (...)
Sur le raisonnement par analogie (Qiyas) dans la pensée arabo-musulmane
Au début de l’époque des Abbassides deux courants de pensée divergeaient sur la méthode de l’interprétation du Coran et des Hadiths . Les Mu’tazila (rationnaliste) s’appuiaient (...)
Qui a crée l’EI ? par Michel Chossudovsky
Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de "Guerre (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Internationale
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

6 visiteurs en ce moment