mardi 18 septembre 2018, Visiteurs : 479459
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

Maroc : arrestations, blessés, et grève générale jeudi à Jerada, la ville minière paralysée

Version imprimable de cet article Version imprimable
lundi, 19 mars 2018 19:24

Rabat - Une grève générale largement suivie a paralysé jeudi la ville de Jerada au nord-est du Maroc, au lendemain d’un sit-in de mineurs qui a dégénéré en affrontements entre manifestants et forces de l’ordre qui ont fait usage de force, ont rapporté des médias marocains, déplorant des dizaines de cas de blessés et d’arrestations, alors qu’une personne a été sauvagement écrasée par un véhicule des forces de répression.

A l’appel des militants du Hirak de Jerada, nom donné localement au mouvement de contestation, comme dans le Rif (nord), une grève générale a été observée dans l’ancienne ville minière en réponse à l’intervention "brutale", la veille, des forces de répression pour disperser un sit-in tenu par des mineurs.

Mercredi, plusieurs dizaines d’ouvriers ont décidé d’observer un sit-in dans les puits de charbon, bravant la décision injuste d’interdire toute manifestation non-autorisée au préalable. Quelques heures après la publication, mardi 13 mars, d’un communiqué du ministère de l’Intérieur marocain prévenant qu’il est "habilité à interdire des manifestations illégales" à Jerada, des dizaines de mineurs ont entamé, à partir de 7 heures du matin, un sit-in ouvert dans les puits de charbon, situés non loin du quartier F5 (Village Youssef) dans la périphérie de la ville.

Suite à cela, les autorités ont dépêché sur place des armadas de policiers et de supplétifs pour réprimer la manifestation. Le dispositif répressif a été renforcé par la présence d’hélicoptères sillonnant les lieux des affrontements, selon des acteurs du Hirak.

La manifestation a vite tourné en scène de répression après l’intervention des services de l’ordre qui ont fait usage de bombes lacrymogènes.

Des vidéos largement diffusées par les réseaux sociaux montrent des face-à-face tendus, et une image de choc d’un manifestant écrasé par un véhicule sécuritaire.

La victime, dont le sort reste inconnu, se trouve actuellement dans un hôpital à Oujda, affirment des militants des droits de l’homme, cités par le site Anwalpress.

Selon des médias marocains, des rumeurs faisaient par ailleurs état de la chute de 4 personnes jetées dans des puits. Aussi, selon les mêmes sources, après des heurts, neuf à 12 personnes ont été interpellées dans cette ville économiquement sinistrée.

Des cas de blessures, 200 personnes environ, dont certaines graves, ont été également signalés par les mêmes sources. Certains d’entre eux (blessés) ne sont pas allés, par malheur, à l’hôpital de peur de se faire arrêter.

La mort, fin décembre, de deux mineurs dans un puits de charbon, suivie depuis de deux autres décès, a mobilisé la population. Si l’ancienne mine a été fermée en 1999, l’extraction du charbon a continué au profit des "notables" locaux, alors que les travailleurs exercent dans des conditions indignes.

Depuis 1998, pas moins de 44 personnes sont décédées.

Suite à ces pertes humaines, des manifestations pacifiques ont demandé des alternatives économiques à l’extraction de charbon, seule activité locale. Un plan d’action économique proposé par le gouvernement avait permis une accalmie mais des manifestants sont redescendus dans la rue fin février pour demander des réponses concrètes.

La tension est montée d’un cran le weekend dernier après quatre arrestations parmi les militants du Hirak. Une grève générale a notamment été annoncée pour ce mercredi, ainsi qu’une marche et plusieurs grandes manifestations pour demander leur libération.

Les autorités, qui avaient jusqu’ici opté pour un "dialogue ouvert" afin d’apaiser la situation, ont lancé mardi 13 mars un avertissement aux manifestants, se disant prêtes à apporter des "réponses fermes face aux agissements et comportements irresponsables". Dimanche dernier, ils étaient des milliers à manifester.

Plusieurs militants, accompagnés de femmes et d’enfants, ont marché des dizaines de kilomètres en direction d’Oujda. D’autres ont même décidé d’organiser des rassemblements à Rabat, affirme Mohammed Kerzazi, membre de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH). Mardi matin, la police a formé un cordon pour contenir les manifestants qui se dirigeaient vers la place centrale de la ville où se sont déroulés les principaux rassemblements depuis l’éclatement de la protestation.

Selon des sources locales, les militants auraient été arrêtés alors qu’ils participaient à un débat sur l’avenir du Hirak et les propositions faites par le chef du gouvernement lors de sa visite à Oujda en février.

Le Maroc a connu ces derniers mois deux autres mouvements de contestation sociale, dans le Rif (nord) après la mort tragique d’un marchand de poissons en octobre 2016 et dans le sud désertique après des coupures d’eau liées à la surexploitation agricole. Une répression s’était brutalement abattue sur la région où la police a arrêté plus de 450 personnes.

Source : spsrasd.info


Visiteurs : 427 / 479459

--- Répondre à cet article ---


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achat : Nos luttes futures !
Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achatnos luttes futures ! La loi sur la retraite anticipée a été abrogée comme il fallait s’y attendre. Maintenant que la fièvre est (...)
La situation en Algérie est-elle préoccupante ?
La situation en Algérie est-elle préoccupante ? On sent, par certaines campagnes médiatiques contre notre pays, que quelque chose se trame. Le traitement des réfugiés (...)
Un prix Nobel de médecine accuse : « guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »
« Le prix Nobel britannique de médecine, Richard J. Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé des (...)
L’adhésion de l’Algérie à l’OMC : descente dans l’enfer du droit et de la concurrence ou catapulte vers la jungle du commerce mondial, Cherif Aissat*
L’Organisation[i] mondiale du commerce (OMC) est née le 15 avril 1994 à Marrakech (Maroc) par l’Accord ou Déclaration éponyme. Elle est entrée en exercice en 1996. Elle est le (...)
Sur le raisonnement par analogie (Qiyas) dans la pensée arabo-musulmane
Au début de l’époque des Abbassides deux courants de pensée divergeaient sur la méthode de l’interprétation du Coran et des Hadiths . Les Mu’tazila (rationnaliste) s’appuiaient (...)
Qui a crée l’EI ? par Michel Chossudovsky
Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de "Guerre (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Internationale
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

409 visiteurs en ce moment