dimanche 27 mai 2018, Visiteurs : 444027
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

QUI SE SOUVIENT DE MYRIAM BEN ?

Version imprimable de cet article Version imprimable
mercredi, 7 mars 2018 17:15

Portrait d’une femme algérienne combatante:Marylise Benhaim

Romancière, poétesse, institutrice, militante communiste et anti-colonialiste algérienne., sa mort le 19 novembre 2001 est passée presque inaperçue et n’a jamais été commémorée comme cela devrait être.
Marylise Benhaim, est née en Algérie, plus précisément à El Mouradia (ex- La Redoute), le 10 octobre 1928 Elle est issue de cette communauté algérienne judaïsée depuis les temps reculés de l’histoire de notre pays et du Maghreb

Après le déclenchement de la révolution, Myriam Ben qui était alors institutrice près de Aïn Defla, fut versée dans les CDL (Combattants de la révolution) organisation armée créée en juin 1955 par le Parti communiste algérien.
Parmi les missions dont elle avait été chargée et qu’elle avait courageusement accomplies, nous citerons le transport dans sa voiture d’une partie des armes détournées par l’aspirant Henri Maillot, le transfert de Maurice Laban au maquis de Chlef, les liaisons qu’elle assurait entre le groupe de Chlef et la direction CDL à Alger, celles entre elle et un capitaine de l’ALN dans la région de Aïn Defla. Militante dans la clandestinité après avoir abandonné son poste d’institutrice, elle a pu effectivement échapper aux autorités coloniales et fut condamnée, par contumace, à 20 ans de prison.. A l’indépendance, Marylise reprit son métier d’enseignante et fut nommée inspectrice dans les années 60-70, profession qu’elle exerça jusqu’à sa retraite. Marylise habitait une petite maison dans la ville de Boumerdès où elle consacra son temps à l’écriture et à la peinture sous le nom de Myriam Ben. Tombée malade, elle partit se soigner à Paris chez sa mère adoptive, Gilberte Lenoir, professeur de mathématiques, morte centenaire, qui fut une éminente dirigeante dans la résistance française contre l’occupant hitlérien dans les années 40. A Alger, Myriam Ben rendit un vibrant hommage poétique à la résistance palestinienne et fut saluée à une occasion par l’OLP.

Myriam Ben est morte en exil. Malgré ses problèmes de santé, elle a continué à peindre et à écrire. Elle a notamment publié Leila, poèmes scéniques et une pièce de théâtre intitulée "Les Enfants du mendiant" aux éditions l’Harmattan. Son dernier ouvrage paru aux éditions l’Harmattan est un recueil de poèmes intitulé "Le soleil assassiné". L’un des poèmes est dédié à Louisette Ighilahriz. Que son ame repose en paix
A.Rebah


Visiteurs : 170 / 444027

--- Répondre à cet article ---


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achat : Nos luttes futures !
Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achatnos luttes futures ! La loi sur la retraite anticipée a été abrogée comme il fallait s’y attendre. Maintenant que la fièvre est (...)
La situation en Algérie est-elle préoccupante ?
La situation en Algérie est-elle préoccupante ? On sent, par certaines campagnes médiatiques contre notre pays, que quelque chose se trame. Le traitement des réfugiés (...)
Un prix Nobel de médecine accuse : « guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »
« Le prix Nobel britannique de médecine, Richard J. Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé des (...)
L’adhésion de l’Algérie à l’OMC : descente dans l’enfer du droit et de la concurrence ou catapulte vers la jungle du commerce mondial, Cherif Aissat*
L’Organisation[i] mondiale du commerce (OMC) est née le 15 avril 1994 à Marrakech (Maroc) par l’Accord ou Déclaration éponyme. Elle est entrée en exercice en 1996. Elle est le (...)
Sur le raisonnement par analogie (Qiyas) dans la pensée arabo-musulmane
Au début de l’époque des Abbassides deux courants de pensée divergeaient sur la méthode de l’interprétation du Coran et des Hadiths . Les Mu’tazila (rationnaliste) s’appuiaient (...)
Qui a crée l’EI ? par Michel Chossudovsky
Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de "Guerre (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Société
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

12 visiteurs en ce moment