mardi 25 février 2020, Visiteurs : 663293
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

Le MDS a été contraint d’organiser son congrès dans la rue !

Version imprimable de cet article Version imprimable
lundi, 2 mai 2016 21:38

Le MDS a été contraint d’organiser son congrès dans la rue !
Hamid Ferhi, coordinateur du MDS.


Le Mouvement démocratique est social (MDS) a réussi à tenir son congrès malgré les portes fermées du lieu où il devait avoir lieu à Sidi Fredj.
Devant le mépris souverain du wali d’Alger à toute autorité judiciaire, le MDS a été contraint dans le week-end à tenir ses assises en pleine rue. "Comme annoncé dans sa précédente déclaration, le congrès du MDS s’est déroulé dans le feu de l’action, c’est-à-dire dans le prolongement de l’affrontement judiciaire avec la wilaya d’Alger et, derrière elle, le pouvoir", annonce-t-il dans un communiqué. En effet, Abdelkader Zoukh, wali d’Alger, n’a pas respecté la décision du Conseil d’Etat qui a autorisé le MDS à organiser son congrès.

Aussi, "c’est donc devant des portes closes, au centre international de la jeunesse de Sidi Fredj, que les militantes et militants, en présence de leurs nombreux invités, représentants des forces vives de la société civile combattante, venus leur exprimer leur solidarité, ont adopté formellement les documents et la direction qui leurs étaient soumis. Hamid Ferhi, Yacine Teguia et Fethi Gharès sont respectivement désignés coordinateur, secrétaire général et porte-parole national", détaille le parti dans un communiqué qui nous est parvenu.

Le MDS observe que "l’indépendance de la justice est ineffective, puisque les décisions successives du tribunal administratif et du Conseil d’Etat, en faveur de la tenue du congrès du MDS, n’auront pas été appliquées". Et d’ajouter : "L’arbitraire aura prévalu, il se cache maintenant derrière un caractère prétendument respectueux de l’institution judiciaire. Les garanties légales en matière de droits et libertés restent des vœux pieux, tandis que la répression affirme s’exercer dans le cadre de la loi. Nous voici confrontés à une forme renouvelée du despotisme : l’Etat punitif".

Le MDS rappelle ce fait grave : "La gendarmerie et la police ont refusé de faire appliquer les jugements qui étaient présentés. Le manque de sens de l’Etat est flagrant, il était pourtant de leur devoir de se substituer au défaut de l’administration". Puis de souligner le mépris qu’ont affiché les autorités de la wilaya d’Alger devant la décision de justice : "En effet les responsables de la wilaya et même le permanencier étaient absents et ne pouvaient pas délivrer d’autorisation administrative sur la base du jugement rendu ce vendredi par le Conseil d’Etat. Les services de sécurité ont agi comme les relais d’une décision politique voulant interdire le congrès, par la force de la loi ou par la ruse."

Le bureau national du MDS prévient que "toute tentative de résister à ce déni de justice serait passée pour un trouble à l’ordre public. Or, la wilaya d’Alger faisait prévaloir que la tenue du congrès constituait un risque pour la sécurité. Les congressistes ont ôté, au pouvoir, ce prétexte, par un comportement hautement responsable et en affichant la plus grande sérénité face à cette nouvelle tentative d’entraver la reconnaissance légale du MDS et de sa direction." L’argument avancé par la wilaya d’Alger aurait prêté à sourire dans d’autres circonstances, mais vu le déni de justice manifeste dans elle fait montre, il y a encore une fois comme une preuve que l’Etat de droit dont se gargarisent le gouvernement et ses saltambanques relève d’un simple mensonge.

Le MDS avoue qu’il est soumis à des "ingérences" qui pèsent sur ses instances". Et de pointer enfin que ce pouvoir qui fait pression sur l’opposition ferme les yeux et se montre très complaisant avec les "prédateurs qui pillent le pays, en droite ligne de sa compréhension envers l’islamisme assassin qui l’avait mis à feu et à sang. Il met ainsi à nu les intérêts qu’il incarne, ceux liés au national-libéralisme qui refusent de rompre avec la rente et œuvrent à saper toute idée d’Etat de droit impliquant qu’ils doivent rendre des comptes".

Le comportement dont ont fait preuve les autorités de la wilaya d’Alger dans cette affaire est gravissime. Encore une fois, la justice y a été lamentablement méprisée puisque ses décisions ont été ignorées par le wali d’Alger.

Yacine K. le matin


Visiteurs : 323 / 663293

--- Répondre à cet article ---

A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicités pour connaitre d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971
A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicité pour connaître d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971 » ( suite à nos deux dernières déclarations parues sur le journal (...)
بيان مبادرة 24 فيفري
يمكن تفسير المظاهرات الشعبية ليوم 22 فيفري 2019 على كافة التراب الوطني ضد العهدة الخامسة لبوتفليقة لأول وهلة على انها رفض للسياسة الاجتماعية والاقتصادية المطبقة خلال السنوات العشرين الأخيرة (...)
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER Les manifestations populaires du 22 février 2019 à travers le pays contre le cinquième mandat de Bouteflika s’interprètent à (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Vie des partis
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

11 visiteurs en ce moment